Une assurance médicale pour vos animaux

Assurance médicale pour les animaux : Bonne ou mauvaise idée ?

Le saviez-vous ? Il existe des assurance médicale pour nos amis les bêtes ! Médor & Oscar vous en disent un peu plus.

Une assurance médicale pour un animal, késako ?

C’est une assurance qui va couvrir les dépenses de santé concernant l’animal. C’est à dire que les frais vétérinaires avancés lors de maladie, d’un accident, voir même les frais de santé de prévention (comme la stérilisation, la vaccination…) sont remboursés. Attention cependant, le remboursement n’est pas systématique. C’est selon le type de contrat que vous souscrivez, trois au choix : les maladies, les maladies et les accidents, ou le tout : maladie, accident et prévention. Il en va de soit que le coût mensuel dépendra du niveau de protection.

Faire assurer son animal, c’est fréquent ?

C’est une pratique de plus en plus courante, mais qui tend encore à s’accroître ; surtout s’il on part du fait qu’un animal vit dans un foyer français sur deux. En revanche, il y a encore du travail : si cette pratique est banalisée chez nos amis anglo-saxons, en France, on atteint à peine les 10% de couverture.

Quels sont les pièges à éviter ?

Il ne s’agit pas d’une sécurité sociale. Il y a donc des frais à régler mensuellement et des conditions à remplir : de bonnes santé et d’âge à la souscription (l’animal doit donc avoir une assurance avant de tomber malade et non pas après que l’on prenne conscience que les frais de santé à mettre en place sont importants). Egalement, il faut prêter attention au délais de carences, aux franchises et aux montants de couverture annuelle ou par tranche d’âge. Enfin, il faut prendre conscience qu’il s’agit d’une assurance, au même titre que votre assurance d’habitation : on dépense l’argent en espérant que ça ne serve jamais.

Quels types d’animaux peut-on faire assurer ?

Ce sont surtout les chats et les chiens, mais certaines assurances permettent de protéger les lapins, furets, chinchillas et cochons d’Inde.

Où souscrire ?

Demandez conseil à votre vétérinaire et n’hésiter pas à demander à votre propre compagnie d’assurance et/ou à votre banque !